25.12.07

LES ARCHANGES: Sortie en Salle

SORTIE EN SALLE
EN ITALIE A PARTIR DU 18 JANVIER 2008

LES ARCHANGES sur Rai 1
Presentation du Film dans l'emission tv 'Cinematografo'


CINEMA MEGAPLEX STARDUST
du 18 au 24 Janvier 2008
Tortona (AL), c/o centro commerciale Oasi
info 0131 82 00 79 - 0131 88 07 54


CINECLUB DETOUR
18-19-20 Janvier 2008
Roma, Via Urbana 47/a
info 06 45490845


AZZURRO SCIPIONI
21 Janvier 2008
Roma, Via degli Scipioni 82


OFFICINE
22 Janvier 2008
Roma, Via del Pignet
o 215

CINETEATRO
23 Janvier 2008
Roma, Via Valsolda 177


ALPHAVILLE CINECLUB
24 Janvier 2008
Roma, Via del Pigneto 283



Prochainement: Milano, Torino, Firenze, Parma...

VOIR LA BANDE ANNONCE DU FILM

Extraits Video du Film

20.12.07

LES ARCHANGES: Presentation du Film sur Rai 1

video

3.5.07

12.4.07

M.I.F.F. 2007

MILANO INTERNATIONAL FILM FESTIVAL 2007



Prix du 'Meilleur Acteur': Andrea Riva pour le film 'Les Archanges'

BANDE ANNONCE

1.1.06

Le langage du film

Les Archanges est une histoire de passion, faite de douleur et de courage, d’espérance et de peur. Je n’aurais pas pu raconter la souffrance dans un style cinématographique soumis aux règles d’une grammaire juste. J’aurais trouvé cela offensant, impure, faux. Chaque douleur est personnelle, unique, privée, incomparable. De cette façon, j’ai voulu que ce film ne puisse se rapporter à aucune autre œuvre cinématographique, même au risque de paraître étranger au cinéma et d’être un objet inclassable en tant que film.

J’ai privilégié l’utilisation du plan séquence parce qu’il ressemble à une prison où les acteurs ne peuvent ni jouer, ni échapper à une situation où ils doivent donner vie à leurs personnages. Ils offrent ainsi une densité psychologique majeure. Excepté un contre-champ dans le premier dialogue utilisé pour souligner, avec un style vieillot et habituel, une situation qui voudrait se croire conciliante et rassurante, tout le film a été tourné en plans séquences, avec une première camera fixe pour délimiter la cage dans laquelle les interprètes se déplacent, et une seconde, toujours en mouvements, pour creuser dans les visages et dans les corps des personnages afin d’en dévoiler l’essence, et pour s’identifier à l’œil curieux du spectateur. Dans Les Archanges, il n’y a pas de scènes de raccord, ni d’allègement, il n’y a pas de données, ni de coupes de montage qui accompagnent une histoire précise que chacun suit. Pour moi, un film est quelque chose de plus, quelque chose sur la condition humaine qui est faite de vides et de moments obscurs, et non pas d’une série d’évènements toujours codifiables. Il y a des scènes qui ne sont pas communes à un cinéma traditionnel, et un montage non linéaire. Le film est un ensemble de tableaux tirés de la vie des deux protagonistes, Christian et Marlène, ce sont les moments où ils montrent leur essence véritable. A la fin de la projection,il subsiste des traces de la vie des personnages du film, des sensations, des moments qui permettent de transmettre au spectateur l’idée d’avoir assisté non pas à un simple film, mais à un spectacle basé sur la vie réelle.

Emotion, c’est l’unique chose que ce film veut transmettre. On ne doit pas me demander son message, (par dessus tout, j’espère qu’il n’existe plus personne pour se préoccuper encore de la nécessité de l’existence d’un message) mais plutôt son intention; celle de choquer, surprendre, émouvoir et créer des doutes dans l’esprit du spectateur.
Tout ceci se reflète dans le langage du film, qui a comme unique objectif d’être autre, d’être différent de tout autre film. Comme toute douleur, plus elle est réelle et tangible, plus elle est distincte de celle des autres.

Simone Scafidi
realisateur


BANDE ANNONCE

Fiche Technique

TITRE: GLI ARCANGELI (LES ARCHANGES)
DUREE: 87'
FORMAT: Couleur DVCAM 16/9
PRODUCTEUR: David Cartasegna
PRODUCTION: (dis)ORDET associazione cinematografica
PAYS DE PRODUCTION: Italie
REALISATEUR: Simone Scafidi
AUTEUR: Simone Scafidi – Andrea Riva
PHOTOGRAPHIE: Fabrizio Bracci
IMAGES: Isabelle Millard
MONTAGE: Simone Scafidi – Antonio Morabito
SCENOGRAPHIE: Marianna Mandirola
DECORS: Claudio Magrassi
EFFETS SPECIAUX: David Bracci
INGENIEUR DU SON: Giacomo Avanza
PERCHMAN: Maurizio Terpin
ASSISTANTE MISE EN SCENE: Federica Cresci
SCRIPT: Adriana Toppazzini
ELECTRICIEN: Luigi Baiardi
MAKE-UP: Marika Cuomo
POST PRODUCTION VIDEO: Sistema s.r.l.
POST PRODUCTION AUDIO: Studio Q Production
MUSIQUE: Beat Records
CASTING: (dis)ORDET associazione cinematografica


BANDE ANNONCE

Synopsis

Le jour de son baptême, qui a eu lieu seulement à ses 10 ans, Christian a commis à l'église un acte mystérieux et inattendu qui a préoccupé ses parents à un point tel qu'ils ont pris peur pour la santé de leur fils. Le Père Siro, homme d'église, éducateur et enseignant de Christian, les rassure en leur expliquant que leur fils est seulement un enfant à la sensibilité différente des autres, vif, curieux et pour cette raison, plutôt impulsif. Mais en parlant au petit Christian dans l'intimité, le Père Siro ne semble pas aussi rassurant, en révélant à l'enfant qu'un voyage long et tortueux l'attend pour sa vie d'adulte.

Lors de son baptême, Christian a 'vu' les Archanges laver le visage du Christ des blessures de la souffrance humaine, et le même Christian devra vivre une existence salie et violente due à la douleur de sa condition humaine.
15 ans plus tard, Christian est étudiant en Philosophie à l'université. Populaire, admiré, riche et transgressif, il prend de la vie et des gens tout ce qu'il en désire, sans ligne de conduite morale. Pourtant dans les replis de sa chair, il brûle de la douleur d'une jeunesse perdue, de l'être humain tourmenté par sa propre nature.
La vie de Christian est marquée par un détachement totale de quelque forme d'humanité, écrasé par le silence d'un Dieu qui est entré dans sa vie pour en disparaître aussitôt.
Se pressent autour de lui; Luca, ami et compagnon de bringue, auto-investi de la mise en scène de l'existence de Christian, toujours prêt à le filmer avec sa camera vidéo, Alex, étudiante qui partage avec lui une sexualité extrême et plutôt froide, ses parents, des ombres présentes dans la vie de leur fils et incapables de comprendre son profond tourment, et puis Marlène, l'unique personne avec laquelle Christian réussit à partager des sensations, la seule qui sache transformer de longs silences en éclairs de compréhension vitale.


Marlène a un fils de 5 ans, Simone, qui a des problèmes moteurs aux jambes et qu'elle a laissé à la garde d'un couple d'amis en toute confiance, parce que trop jeune quand une responsabilité pareille est venue bouleverser son existence, parce que trop inexpérimentée pour saisir la beauté fragile d'une vie et d'une quête d'amour. Marlène voudrait révéler tout cela à Christian, mais quand elle tente de lui en parler, il fuit devant toute manifestation de pitié ou de compassion qui existent en elle. Christian refuse de faire face à la douleur, d'apprendre d'elle. Il veut seulement détruire, anéantir, violenter. Antihéros existentialiste, il punit le monde extérieur parce qu'il a trop peur de l'abîme qui existe en lui.
Le Père Siro réapparaît dans sa vie. Non plus en prêtre mais peut-être en messie. Messie du mal comme du bien, prophète des hommes qui recherchent le Christ et sa pureté en creusant dans l'horreur et dans l'obscurité de l'être humain. Le Père Siro est revenu pour tenir une promesse; aider Christian à s'enfuir des cages de la fausseté d'un monde, à hurler sa propre douleur, comme condamnation de la lâcheté du genre humain.


Commence un voyage pour Christian, un voyage dans l'amour et la folie la plus extrême, à travers une violence primordiale, à la poursuite de la larme supraterrestre qui pourra purifier l'être humain. Tout comme Marlène apprend à lutter contre sa propre douleur de jeune mère qui a abandonné son fils, Christian poignarde la terre infernale de la souffrance en un voyage qui semble destiné à repousser toute limite humaine.

BANDE ANNONCE

Casting Artistique


CHRISTIAN: Andrea Riva (1972) diplomé du Piccolo Teatro de Milan,il a travaillé avec Giorgio Strehler, Carlo Cecchi, Franco Branciaroli et d'autres. Déjà protagoniste dans les précédentes œuvres de Simone Scafidi 'Disordet' (2003) et 'Cos'è l'amore' (2003), il est co-scénariste de 'Gli Arcangeli'. Il fait actuellement partie de la compagnie théatrale 'Motus'.


MARLENA: Francesca Inaudi (1977) diplômée du Piccolo teatro de Milan, elle a été l'interprète d'importants spectacles théâtrales de Massimo Castri et de Elio de Capitani. Elle a gagné le Prix FLAIANO 2004 comme meilleure actrice protagoniste pour le film 'Dopo Mezzanotte' (2004) de Davide Ferrario, présenté au festival de Berlin. Actrice protagoniste de 'L'uomo perfetto' (2004) de Luca Lucini. Elle fait partie du cast de 'L’orizzonte degli eventi' (2005) de Daniele Vicari, 'Napoleon et moi' (2005) de Paolo Virzì et 'La bestia nel cuore' (2005) de Cristina Comencini, présenté au festival de Venise 2005. Elle fait aussi partie du cast de la série tv 'Distretto di Polizia 6' (canale5).


PADRE SIRO: Franco Branciaroli (1947) acteur, auteur et metteur en scène de théâtre, il a travaillé avec Carmelo Bene, Giovanni Testori et Luca Ronconi. Au cinéma, il a joué dans 'Vizi privati e pubbliche virtù' (1976) de Miklos Jancso, dans 'Il mistero di Oberwald' (1980) de Michelangelo Antonioni, 'La chiave' (1984), 'Miranda' (1985) 'Cosi fan tutte' (1992), 'L'uomo che guarda' (1994), et 'Senso 45' (2001) de Tinto Brass.

LUCA: Fabrizio Raggi (1974), il a travaillé au théâtre avec Giorgio Albertazzi, Gigi Proietti et Ugo Gregoretti, à latélévision dans la série tv, 'La Squadra' (2004/Rai 3). Au cinéma, il a été l'interprète de 'Un Mondo d'Amore' (2003) et 'Moro 2' (2005) de Aurelio Grimaldi, qui sortira prochainement.

ALEX: Zamira Pasceri (1977), diplômée de la Scuola del Teatro Arsenale de Milan. Elle a travaillé pour diverses pièces théâtrales et fait actuellement partie de la compagnie espagnole, 'La Fura Del Baus'.

MARCO: Ugo Giacomazzi (1975) diplômé du Piccolo Teatro de Milan. Pour le théâtre, il a travaillé entre autre avec Gabriele Lavia et Serena Singaglia. Il a gagné le prix Hystrio 2003 comme meilleur acteur. Pour la télévision italienne, il a interprété divers épisodes de la série 'La Squadra' (2004/Rai 3) et 'Le stagioni del cuore' (canale5).

LA PROSTITUE: Pia Lanciotti (1970), diplômée du Piccolo Teatro de Milan, elle a travaillé avec Peter Stein, Giorgio Strelher, Eimuntas Nekrosius. Elle a été protagoniste dans de nombreux spectacles de Luca Ronconi, notamment 'Peccato che sia puttana' (2004).

LE PERE DE CHRISTIAN: Giuseppe Cardascio (1965), au cinéma il a travaillé dans 'Cosi Ridevano' (1998) de Gianni Amelio, et 'Ormai è fatta' (1998) de Enzo Monteleone. Pour la télévision italienne, il a travaillé dans différentes séries, 'Piovuto dal cielo' (2000) Rai 1, 'Centovetrine' (2003) Canale 5 et 'Le stagioni del cuore' (2004) Canale 5.

LA MERE DE CHRISTIAN: Nicoletta Maragno (1964), diplômée du Piccolo Teatro de Milan, elle a travaillé avec Silvio Soldini dans divers films dont, 'Le Acrobate' (1997), 'Miracoli' (2000) et dernièrement, Agata e la tempesta (2004).

DANIELA: Nicole Vignola (1977), diplômée du Piccolo Teatro de Milan, elle a travaillé en théâtre avec Giorgio Strelher, Peter Stein et quelques autres. Elle a travaillé dans différentes spot publicitaire. Pour le cinéma, elle a travaillé dans 'Ravanello Pallido' (2000) de G.Costantino et 'La monaca di Monza' (2004) de Alberto Sironi.

LE VOLEUR: Abraham Fontana (1972), diplômé du Filodrammatici de Milan, il a travaillé pour le cinéma dans 'Princesa' (2001) de Enrique Goldman et dans 'La Passion' (2004) de Mel Gibson.

LUIGI : Emanuele Ostuni (1965), il a travaillé pour la télévision italienne dans diverses séries, dont, 'Amanti e Segreti' (2003) Rai 2, de Gianni Lepre et 'Il Conte di Montecristo' (2003) Rai 3, de Ugo Gregoretti. Pour le cinéma, il a travaillé dans 'Luna e le altre' (2004) d' Elisabetta Villaggio et 'I giorni dell'abbandono' (2005) de Roberto Faenza, présenté au festival de Venise 2005.


BANDE ANNONCE

Equipe Technique


REALISATEUR: Simone Scafidi (1978), a réalisé des courts et moyens métrages présentés au Festival du Film de Milan et au festival du film de Torino, parmi lesquels 'Cos'è l'amore' (2003), avec Sergio Salvati (a.i.c.) comme directeur de la photo, projeté en tournée dans toute l'Italie à l'occasion du spectacle du même nom, 'Cos'é l'amore' de Franco Branciaroli. Il prépare un diplôme de Littératures Etrangères, en soutenant une thèse sur le personnage du Christ dans le cinéma et il anime le forum de cinéma du centre Sulè de Agrate Brianza, près de Milan.


PRODUCTEUR: David Cartasegna (1974), a été directeur de production pour les films 'Disordet' (2003) et 'Cos'è l'amore' (2003) de Simone Scafidi. Il est responsable de la production, de la post-production, du casting et de l'organisation du film 'Gli Arcangeli'. En 2003, il a fondé l'association cinématographique (dis)ORDET avec Simone Scafidi et Andrea Riva.
Depuis, il a aussi collaboré artistiquement et techniquement à un film documentaire de 57' réalisé en 2006 par Isabelle Millard.'Sundarbans, les iles du silence'


DIRECTEUR DE LA PHOTO: Fabrizio Bracci (1978), est diplômé à l'Accademia dell'Immagine dell'Aquila. Il a été élève et assistant de Vittorio Storaro (3 Oscars du meilleur directeur de la photo). Il a signé la prise de vue du nouveau long-métrage de Sergio Stivaletti, 'I tre volti del terrore' (2003).

IMAGES: Isabelle Millard (1964), diplômée de Cinéma à l'université ParisVIII. Elle a été entre autre, assistante mise en scène de Jean-Jacques Annaud sur 'L'Amant' (1992) et de Jean-Daniel Pollet sur 'Contre-Courant' (1992) et 'Dieu sait quoi' (1994) Elle a travaillé pour divers spectacles et clips avec le metteur en scène-chorégraphe Redha, 'Les Gens d'Orphalèse' (1996), 'Lune de fond' (1998), avec Gérard Présgurvic pour la comédie musicale 'Roméo et Juliette' (2001). Elle est aussi auteur et realisatrice de films documentaires. Elle vient de terminer la réalisation d'un film documentaire tourné dans le delta du Gange. 'Sundarbans, les iles du silence' (Injam Production). Elle prépare actuellement un long métrage de fiction.

EFFETS SPECIAUX: David Bracci (1974), a collaboré avec Sergio Stivaletti pour divers films de Dario Argento, 'Il fantasma dell'Opera' (1998), 'Non ho sonno' (2001) et 'Il Cartaio' (2003).Il a travaillé dans 'Titus' (1999) de Julie Taymor, ainsi que 'Pinocchio' (2002) de Roberto Benigni, et 'Nella Notte' (2003) de Lorenzo Onorati.

SCENOGRAPHE: Marianna Mandirola (1979), diplômée de Scénographie à l'Accademia di Belle Arti de Brera à Milan. Elle est l'auteur de nombreux décors, peintures et sculptures.

ASSITANTE MISE EN SCENE: Federica Cresci (1974), déjà assistante de Simone Scafidi pour le moyen métrage 'Cos' è l'amore' (2003), elle a collaboré avec Ermanno Olmi pour le film 'Il mestiere delle armi' (2001) et pour une fiction de la RAI 3 'La città infinita' (2004). Elle travaille actuellement pour diverses émissions de la Rai italienne.

SCRIPTE: Adriana Toppazzini (1972), a travaillé comme scripte dans des séries italiennes pour la Rai 2, 'Cuore rubati' (2002) et 'Le stagioni del cuore' (2003) de Antonello Grimaldi.

INGENIEUR DU SON: Giacomo Avanza (1975), co-fondateur du Studio Q production de Milan, il a signé la sonorisation et la post production audio de 'Il Vangelo secondo precario' (2005) de Stefano Obinna. Il a aussi signe la post production audio de ‘Happy house’ (2005) de Jacopo Oz.

PERCHMAN: Maurizio Terpin (1977), prépare un diplôme de Communication à l'Universitè de Bologne, dans le nouveau département dirigé par Umberto Eco. Il s'occupe d'activités multimédias interactives et a participé aux sonorisations du
Studio Q production.

DECOR: Claudio Magrassi (1969), est le peintre qui illustre les films de Simone Scafidi. Ses tableaux sont partie expressive des scènes et sa poétique est reconnue complémentaire et en accord avec celle de (dis)ordet.


BANDE ANNONCE

Extraits de Presse Italienne

'…Simone Scafidi est un réalisateur acéré et féroce, avec un sain vieux goût de l'égratignure et de la provocation...'
D. Pulici - NOCTURNO CINEMA -

'…Le jeune cinéma italien a le courage et l'ambition de se confronter au mystère de l'homme et du monde. D'abandonner le minimalisme. De regarder en face le problème du sens de l'existence et de la souffrance. Et ce n'est pas peu dire…'
T. Zanardi - DUELLANTI -

'…A travers une recherche expérimentale de langage filmique, Gli Arcangeli parle du combat de l'être humain dans un monde contemporain qui met en cage chaque ultime sursaut de vie…'
Fidelio - EFFETTO NOTTE -
'…Gli Arcangeli est un film sur le mal-être intérieur…'
M.T Marchese - LA STAMPA -

'…Ce film a voulu raconter la douleur, le silence, la distance entre l'homme et le paradis vécue comme impossible à combler, tout comme le désarroi et l'espérance, le mouvement frénétique et la paralysie, avec un regard fixé sur le ciel en attendant la chute...'
F. Baccarini - DISTOPIA -

'…Gli Arcangeli parle d'amour, de souffrance, de la découverte et de la perte de soi, du sacrifice, de la passion, et du silence de Dieu...'
R. Santagostino - 7 GIORNI -

'…Gli Arcangeli est un long métrage d'une potentialité sacrément intéressante…'
- HOTDOG Movie Magazine-


BANDE ANNONCE